INTERVIEW – Aurore – Pourquoi a-t’elle participé à la manifestation du 11 décembre ? Elle répond.

20 décembre 2018 0 -1

Photo et propos recueillis par Chloé FERREUX.

Le Mardi 11 Décembre dernier, de nombreux lycéens manifestaient dans les rues pour protester contre les réformes du bac et de Parcoursup (lire notre article). Aurore, lycéenne en bac professionnel de sécurité à Saint Bénigne (Pontarlier) y a participé. Elle nous explique pourquoi.

Pourquoi as-tu manifesté mardi dernier ?
Pour participer au fameux « ras le bol général ». Plus particulièrement, pour dénoncer les différentes discriminations liées à l’éducation, accentuées par « Parcoursup ». Je voulais faire entendre que même lorsqu’on a fait un bac pro, on devrait avoir le droit à une chance, au même titre que les bacs généraux. Je suis fatiguée de la case qu’on nous attribut dès la troisième et dont on ne peut pas sortir. J’aimerais, moi aussi, pouvoir faire des études supérieures choisies, or ce n’est pas une option que j’ai avec mon bac. Jeveux un avenir construit.

Si tu devais expliquer cette « grève » des lycéens à une personne qui ne comprend pas, que dirais-tu ?
Nous sommes tous concernés : que l’on soit en bac professionnel, technologique ou général. On veut tous avoir confiance en l’avenir, pouvoir tous faire les études que nous souhaitons. Nous devrions tous être égaux face aux études supérieures. J’ai eu besoin de crier dans les rues de Pontarlier mon désaccord, mon inquiétude.

Quelles sont les revendications que tu aimerais faire entendre?J’aimerais être sûre de pouvoir choisir mon orientation après mon bac pro. Pour cela, il faudrait créer de nouvelles passerelles entre les différents parcours.

As-tu peur pour ton futur ?
Tout à fait. J’ai envie de réussir comme tout le monde. Certaines personnes venant de bac pro ont besoin de faire des études supérieures pour pourvoir accéder à leurs futurs métiers. Je veux avoir des diplômes pour trouver du travail plus facilement. Ce n’est pas normal qu’avec mon bac, je ne puisse pas grader alors que je me suis spécialisée très tôt, tandis qu’une personne sortant de faculté deviendra très vite mon supérieur.

Te sens-tu discriminée par l’éducation ?
Oui. Les bacs pro, on est vraiment mis de côté. Il n’y a pas de passerelle pour passer en voie générale. On est envoyés dans des bacs spécifiques trop tôt. À 15 ans, les équipes enseignantes nous demandent déjà de choisir une voie à laquelle on doit se tenir toute notre vie. Le problème, c’est que l’on change tous en grandissant, en gagnant en maturité. L’éducation n’en tient pas compte, elle fait comme si nous n’avions pas le droit de changer d’avis.

Est-ce que la nouvelle réforme va changer le fait que tu sois discriminée sur Parcoursup ?
La réforme des bacs pros va permettre aux personnes d’aller plus loin dans leurs études mais, encore une fois, dans des domaines précis (ex : sécurité, aide à la personne,commerce, etc…). Ils nous donnent des solutions pour préparer un BTS. Cependant, nous n’aurons aucune solution pour partir faire des études supérieures à la faculté. Nous n’aurons pas accès à la fac de droit, ni à la fac de lettre etc…

Penses-tu que ton bac, après la réforme, va perdre de sa valeur ?
Je ne pense pas. Mais en perdant des cours généraux comme le français, il se peut que le bac pro soit encore plus dénigré, et qu’il nous ferme définitivement les portes du supérieur autres que le BTS.

Aurais-tu des solutions, des idées à apporter pour améliorer les bacs professionnels de façon à accéder à la faculté?
Il faudrait renforcer les matières générales, installer des passerelles entre les bacs. L’éducation pourrait même créer des places dans le supérieur, spécialement pour nous…

Photo et propos recueillis par Chloé FERREUX.

A LIRE AUSSI


share TWEET