INTERVIEW – Célia, 16 ans, passionnée de football – Le football féminin, vivre une vraie cohésion d’équipe…

19 octobre 2018 0 4

Photos et propos recueillis par Chloé FERREUX.

Passionnée de football depuis plusieurs années, Célia, 16 ans, pratique aujourd’hui ce sport à la Rivière-Drugeon. Ayant commencé dans une équipe masculine, elle est désormais comblée et s’épanouit auprès de ses camarades féminins. 

Chloé : Depuis quand t’intéresses-tu au football ?
Célia : J’ai toujours aimé toucher le ballon. Cependant, je ne m’y suis mise qu’en 2014 lorsque j’avais 12 ans, avec, pour commencer, une équipe de garçons. 

Pourquoi cette envie de pratiquer ce sport ? 
J’aimais beaucoup regarder les filles jouer à la télé. Je préférais d’ailleurs les matchs de ces dernières à ceux des garçons. Elles m’ont transmis un état d’esprit, une envie, qui ont vite fait de ce sport une passion. 

As tu déjà eu peur de t’engager dans ce sport suite à des remarques sexistes ? 
Non, je ne me doutais pas de l’envers du décor. Tout ce que je voulais, c’était vivre ma passion. 

Comment se sont passés tes débuts dans cette équipe masculine ?
Au début, je n’étais pas trop intégrée. Ça m’arrivait souvent d’être mise à l’écart puisque les garçons jouaient surtout entre eux. Nous étions différents et je n’avais pas le même état d’esprit. Depuis que je joue avec les filles, j’ai découvert une vraie ambiance, avec de la cohésion d’équipe.

Lorsque tu parles d’état d’esprit, penses-tu avoir été mise de côté parce que tu étais une fille?
Oui, cela m’arrivait fréquemment de recevoir des remarques comme : « c’est une fille elle ne peut pas nous montrer qu’elle sait jouer ». 

Même venant d’adultes ?
Non, ils m’ont toujours soutenue, l’entraineur avait confiance en moi, il voulait que je montre ce dont j’étais capable. Il mettait souvent en évidence mes capacités devant mes camarades masculins. 

Penses-tu que les médias jouent un rôle important dans les inégalités homme-femme dans le football ?
Oui car on parle souvent du côté masculin de ce sport mais pas souvent du féminin. On ne verra jamais sur des chaînes importantes le football féminin. Il suffit de prendre la coupe du monde comme référence. 

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce sport ? 
Certainement le fait de jouer en équipe, de vivre cette cohésion. Il n’y a rien de mieux que de savourer une victoire ou de voir les filles sourire après un but. 

Dans un futur plus ou moins proche te verrais tu devenir professionnelle ? 
Je joue au football principalement pour m’amuser. C’est une vraie passion. La vie professionnelle, bien qu’elle me donne envie lorsque je regarde les filles jouer à la télé, ne me correspondrait probablement pas. 

Que dirais tu aux jeunes filles qui veulent se mettre au football mais qui ont peur d’être cataloguées dans ce milieu masculin ?
N’hésitez pas, nous sommes entrain de développer des équipes féminines. De plus, n’ayez pas peur, il faut prouver qu’un match féminin peut être aussi passionnant qu’un masculin.

Photos et propos recueillis par Chloé FERREUX.

share TWEET