PONTARLIER – Rencontre avec… Enzo Bague, l'un des meilleurs nageurs de sa génération…

9 août 2016 0 0

Originaire de Doubs, le jeune nageur de 15 ans, Enzo Bague, participait il y a quelques jours aux Championnats de France de Natation à Amiens. Une compétition qui lui aura permis de se classer dans les 20 meilleurs nageurs Français de sa génération. En pleine période des Jeux Olympiques, nous en avons profité pour revenir avec lui sur cette expérience. Rencontre.

SODA MAGAZINE : Depuis combien de temps pratiques-tu la natation ?
Enzo : J’ai commencé la natation il y a 4 ans, donc à l’âge de 11 ans.

SODA MAGAZINE : Comment se passent tes entrainements ?
Enzo : Je m’entraine tous les jours du lundi au samedi entre 1h30 et 2h00 avec Dorian, mon entraineur. On commence par des échauffements, on enchaine avec une pré-série pour continuer à chauffer le corps et les muscles puis on termine avec la série… c’est ce qui fait le plus mal (rires). Et généralement le dimanche c’est le jour des compétitions.

SODA MAGAZINE : Est-ce que ton entraineur est aussi « dur » que Philippe Lucas (ex entraineur de Laure Manaudou) ?
Enzo : (Rires) Non pas aussi dur, mais ça arrive.

SODA MAGAZINE : Donc il est plutôt cool ?
Enzo : (Silence)…
Dorian : (rires) Il ne dira pas oui…
Enzo : (rires) Non, ça dépend…

DSC_0281

SODA MAGAZINE : T’imposes-tu une hygiène de vie pour améliorer tes performances ?
Enzo : Je peux manger ce que je veux mais je fais quand même attention.

Dorian, son entraineur : C’est vrai qu’il peut manger ce qu’il veut puisque c’est un sport dans lequel on élimine très vite. En 1h30, il peut éliminer tout ce qu’il mange en une journée… Déjà qu’il n’est pas très gros… (rires)… Après, il faut quand même éviter de manger le gros plat de raclette la veille d’une compétition.

SODA MAGAZINE : Il y a quelques jours, tu participais aux Championnats de France de Natation. Comment as-tu été sélectionné ?
Enzo : Je me suis qualifié en participant d’abord aux Championnats de France Nationale 2.

SODA MAGAZINE : A quoi penses-tu juste avant le bip de départ ?
Enzo : Je me concentre sur toute ma course puisque chaque détail peut représenter une demi-seconde ou une seconde donc il faut penser à tout. Avant de plonger, il faut avoir sa course en tête et ne pas se louper. Il faut penser à son plongeon, aux coulées, aux placements des mains, à la prise des virages, à sa respiration… On a l’impression qu’une course ce n’est que nager, mais ce n’est pas du tout ça.

SODA MAGAZINE : Quel bilan tires-tu de ces Championnats de France ?
Enzo : Je suis content de mon 400 mètres 4 nages puisque je suis passé de la 34ème à la 24ème place, ce qui m’a permis de me qualifier pour la finale. Et en finale, j’ai réussi à terminer deuxième et à me classer 17ème au général. J’ai aussi amélioré mon temps personnel de 6 secondes.

Pour le 200 mètres 4 nages, j’ai eu une petite déception puisque j’ai cru améliorer mon temps et finalement pas du tout. Je suis quand même content puisque je fais partie des 30 meilleurs nageurs Français sur cette discipline.

Et pour ma dernière nage, qui était une nage bonus, j’ai choisi le 50 mètres papillon. Je ne m’étais pas fixé d’objectif mis à part tout donner et prendre du plaisir. Finalement je suis fier de moi puisque j’ai terminé dans les 50 meilleurs Français alors que ce n’est pas du tout ma spécialité.

DSC_0241

SODA MAGAZINE : Et ça te fait quoi de faire partie des 20 meilleurs nageurs Français ?
Enzo : C’est assez impressionnant puisque je me dis que sur tous les minimes que j’ai rencontrés tout au long de l’année je suis dans les 20 premiers… On se dit qu’on en met pas mal derrière…

Dorian : Et il en reste aussi pas mal devant… (rires)

SODA MAGAZINE : En pleine période des Jeux Olympiques, c’est quelque chose qui te donne envie ?
Enzo : Ah oui, ça donne des objectifs ! De voir ça à la télé, ça donne envie d’y aller ! C’est mon rêve et mon objectif final.

DSC_0261

SODA MAGAZINE : Dans l’idéal, dans combien de temps pourrais-tu espérer participer aux JO ?
Enzo : Dans 8 ans environ. C’est beaucoup de sacrifices, beaucoup d’entrainements. Ça prend beaucoup de place dans la vie.

SODA MAGAZINE : Justement, comment arrives-tu à concilier ta passion et tes études ?
Enzo : Lors de ma dernière année au collège (2015/2016), j’étais en classe aménagée avec des horaires adaptés. Le plus difficile était la période du brevet qui tombait quasiment en même temps que les Championnats de France, du coup les entrainements étaient encore plus intenses (Brevet obtenu avec mention Bien). L’année prochaine je serai au Lycée Xavier Marmier où j’ai réussi à entrer en Excellence Sportive avec des horaires aménagés pour pouvoir continuer à m’entrainer.

Dorian : Rien ne nous empêche de nager et d’étudier. C’est juste une question d’organisation. Au lieu de faire comme les copains qui vont aller s’amuser ou chasser les Pokémon au centre ville (rires) ou sortir pendant des heures d’études, les sportifs doivent profiter des heures d’études pour travailler, pour ensuite pouvoir s’entrainer. Les devoirs ne pourront pas être fait le soir.

Enzo : Après c’est surtout les fins d’année qui sont difficiles puisqu’on voit nos amis en photo au bord du lac et toi t’es là à nager (rires). Mais c’est un choix et quand on voit les résultats aux Championnats de France, on oublie tout.

Dorian : Et maintenant, il a un mois pendant lequel je lui ai demandé de ne plus mettre les pieds à la piscine pour profiter de ses vacances. Il peut aller au lac, à la rivière, … Il faut qu’il en profite pour se ressourcer, pour voir d’autres choses et revenir en pleine forme à la rentrée.

SODA MAGAZINE : Quelles sont tes prochaines compétitions ?
Enzo : Pour le moment je suis en vacances. A la rentrée on va reprendre avec des meetings. Ensuite ce sera les championnats régionaux, les N2 puis les Championnats de France.

DSC_0295

share TWEET
Leave a reply

Laisser un commentaire