SEXUALITE – Le viol : Crevez l’abcès !

0 0

Le viol, voici le sujet souvent tabou dont nous allons parler dans ce numéro de SODA Magazine. D’après mon expérience professionnelle, trop de femmes et jeunes filles subissent des abus sexuels sans que personne ne soit au courant. Malgré les apparences, ce silence les tue à petit feu, voilà pourquoi il est indispensable de crever l’abcès. 

La victime préfère souvent s’auto détruire plutôt que de parler de son agression. A votre avis, pourquoi ? Parce que la culpabilité du viol, la peur, le dégoût et la colère ne font que rarement bon ménage pour se sentir bien et prendre la bonne décision. 

Le premier grand problème est la culpabilité ressentie par la victime. Comme pour essayer de trouver un sens à ce qui lui est arrivé, dans la majorité des cas elle se sentira coupable de son agression : « je l’ai cherché », « je n’aurais pas dû m’habiller avec cette jupe » … Autant de croyances fausses car, disons-le clairement, rien ne justifie un viol.

De plus, en parler donne l’impression de faire exister le traumatisme que la victime essaie d’oublier en l’enfermant au plus profond d’elle, caché aux yeux de tous. Le déni, c’est-à-dire le refus de voir la vérité en face, est le mécanisme de défense naturel qu’adopte la plupart des victimes. Malheureusement, plus la victime gardera le secret pour elle, plus cette douleur va l’envahir, parfois silencieusement, jusqu’à la pousser à se détruire. Échec scolaire/professionnel, isolement, provocation, colère, addictions, auto destruction, blocage sexuel ou surconsommation sexuelle irrespectueuse ne sont qu’une partie des conséquences des agressions sexuelles. 

Comme tout autre traumatisme, il est indispensable d’exprimer cette douleur pour qu’elle puisse être prise en charge et que l’agresseur soit puni. 

Même si elles ont l’impression de « gérer » leur traumatisme, les victimes méritent une main tendue, une aide que seules, elles ne peuvent pas s’apporter. Des professionnels sont là pour l’accompagnement, des associations pour l’encadrement, des proches pour écouter. Voici un site qui peut être utile : http://www.victimedeviol.fr ainsi qu’un numéro de téléphone gratuit : 08 00 05 95 95.

N’oubliez pas que votre corps vous appartient, personne n’a le droit d’y pénétrer sans votre accord. Si vous avez été victime de viol ou d’agression sexuelle, libérez ce silence qui ronge et qui tue, ces actes ne doivent plus jamais rester impunis.

Viol : Acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur une personne par une autre par violence, contrainte, menace ou surprise. C’est un crime pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

Marie PELISSON (MinDev) pour SODA Magazine.

share TWEET