SEXUALITE – Les PapillomaVirus Humains / Dépistage et vaccination

0 0

Les papillomavirus humains (HPV) sont des virus très communs pouvant infecter la peau ou les muqueuses. Les infections sont fréquentes et se transmettent lors des contacts sexuels. Si elles sont souvent sans danger pour la santé, elles peuvent, au contraire, persister et former des lésions au niveau du col de l’utérus. 

Un virus responsable de cancers

Environ 8 femmes sur 10 sont exposées à ces virus au cours de leur vie. En France par exemple, près de 3000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués chaque année et environ 1000 femmes en décèdent. Dans 60% des cas, les infections par les Papillomavirus Humains (HPV) ont lieu au début de la vie sexuelle. Si, dans la plupart des cas ils disparaissent naturellement en un à deux ans après la contamination, il est possible que l’infection persiste et entraîne chez la femme la formation de verrues génitales ou d’une lésion au niveau de la muqueuse du col de l’utérus. On parle alors de lésion « précancéreuse ». Pour certains types de papillomavirus, ces lésions peuvent évoluer vers un cancer en  l’espace de dix à vingt ans. 
Si le risque de développer ce genre de cancer est assez rare à l’adolescence, la prévention repose sur la vaccination. Cette dernière est d’ailleurs recommandée par le Haut Conseil de la Santé Publique chez les jeunes filles de 11 à 14 ans, ou plus tardivement avant le début d’une vie sexuelle. Un rattrapage est possible jusqu’à l’âge de 20 ans (19 ans révolus).

Le vaccin HPV qui peut se faire le même jour que d’autres vaccins recommandés à cette période de vie (hépatite B, diphtérie-tétanos-polio, …) ne protège pas contre tous les papillomavirus (il en existe plus de 150 types). C’est pourquoi, même après vaccination, le dépistage par frottis est indispensable dès l’âge de 25 ans, et ce tous les trois ans environ jusqu’à l’âge de 65 ans. Pour en savoir davantage sur ce sujet, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin ou gynécologue.

Marie PELISSON (MinDev) pour SODA Magazine.

Quels sont les vaccins disponibles ?
Deux vaccins sont disponibles. Deux ou trois injections sont nécessaires en fonction du vaccin et de l’âge de la jeune fille.

Quels sont les effets secondaires ?
Dans la grande majorité des cas, il n’y a pas d’effet secondaire après la vaccination contre les HPV. Toutefois parmi les effets secondaires les plus fréquents, on peut observer une douleur ou une rougeur au point de la piqûre. Il n’y a pas de lien démontré scientifiquement entre la vaccination contre les HPV et la survenue de maladies auto-immunes.

Le vaccin est-il remboursé ?
L’Assurance Maladie rembourse à 65% les vaccins contre les HPV sur ordonnance du médecin ou de la sage-femme. Le complément est remboursé par les mutuelles.

Source Questions/Réponses
Santé Publique France

share TWEET